Le pissenlit est une fleur que l’on retrouve en grand nombre dans des environnements très variés.

L’orchidée est une fleur fragile, plus rare, particulièrement belle lorsqu’elle trouve un environnement qui lui est favorable pour s’épanouir.

Comment accompagner au mieux nos enfants selon leurs différences et leur sensibilité ?

 

Cette question mérite réflexion n’est-ce pas ?

Le Pr W. THOMAS BOYCE est l’un de ceux qui s’y sont intéressés et l’ensemble de ses recherches nous apporte un éclairage intéressant qu’il résume en un intitulé qui m’a interpellé : « L’Orchidée et le Pissenlit ».

Que nous apprend-il en condensé ?

20 % des individus reçoivent plus de 50 % des soins de santé dispensés dans leur pays. Autrement dit, « 15 à 20 % des enfants du monde entier souffrent de la plupart des cas de maladies psychologiques et physiques recensées ».

A force d’études et de travaux (40 ans de recherches en pédiatrie et psychiatrie), le Pr W. Thomas Boyce découvre que ces 20 % d’enfants plus malades que les autres (soit 1 sur 5) ont un point commun : une sur-réaction physiologique et psychologique face au stress. Que ce stress soit causé par des éléments graves ou plus subtils, ils y réagissent fortement alors que les 80 % restant y réagissent peu ou pas.

Pour rappel, le stress est une réponse d’adaptation normale et utile de l’organisme face aux contraintes de son environnement.

Des exemples de situations stressantes : la perte d’un jouet, une dispute, un déménagement, un changement d’école, la séparation des parents, la précarité, la pauvreté, un contexte violent, une situation d’abus, de maltraitance …

Dans toutes ces situations stressantes, qui demandent une adaptation de la part de l’enfant, on trouvera toujours une proportion de 80 % peu ou pas impactés et les 20 % restant – toujours les mêmes- hautement réactifs, qui :

– soit s’adapteront exceptionnellement bien. En effet, si un « enfant orchidée », donc hypersensible, hyper réactif et réceptif, est plus que la moyenne accompagné, entendu et soutenu favorablement alors plus il aura de chances que la moyenne d’être particulièrement créatif et de développer des capacités intellectuelles supérieures aux normes observées ;

– soit verront leur santé, physique et/ou psychologique, se dégrader significativement.

Quelques indices pour reconnaître ces enfants orchidées au quotidien: timidité, inhibition, tendance à éprouver des émotions négatives, plus souvent que les autres enrhumés ou souffrant de maux de ventre, des difficultés liées au sommeil, à l’alimentation, difficultés d’adaptation, forte intensité des émotions et difficultés à les (di)gérer, sensibilité sensorielle, se déconcentrant plus vite…

Cette hypersensibilité au stress est le résultat de facteurs à la fois génétiques et environnementaux.

Connaître et reconnaître qui sont ces êtres orchidées permet une approche plus appropriée de leurs particularités et de leur fonctionnement et donc leur donne de meilleures chances d’être en bonne santé, de se développer, de s’épanouir magnifiquement.

Référence pour aller plus loin : « L’Orchidée et le Pissenlit. Pourquoi certains enfants sont en difficulté et comment tous peuvent s’épanouir. » W.Thomas Boyce, aux éditions Michel LAFON, 2019.

PARENTALITE ORCHIDEES PISSENLITS ARTICLE EMOTIONS STRESS ENFANTS HYPER

Suivez-moi sur les réseaux sociaux

Augmenter la police